Un bénévole comme un autre

Au gré de mes discussions avec mes ami(e)s proches, connaissances, de la société civile ou élus de la politique locale, commerçants, associatifs, habitants, je me rends compte petit à petit du gouffre qui sépare ma volonté dans cette ville des attentes convenues en politique.

Et toute la complexité de la situation est que mes intentions sont très simples, mais si j’écoute nombre d’opinions externes ou même internes et qui trouvent leurs justifications dans les pratiques habituelles, ces intentions seraient censées être bien plus complexes. D’où l’intérêt de cet article pour clarifier les choses une bonne fois pour toute. Ceci même si je subodore que je serai obligé de réaffirmer cet état d’esprit à de très nombreuses reprises par la suite…

Comme je l’ai déjà expliqué dans mon article sur « L’Engagement » ici :

Une conviction, une affinité, quelque chose d’assez inexplicable nous pousse dans un domaine qui nous parle; issu d’un mélange complexe d’éducation, de personnalité et de compétences. Alors, que ce soit l’écologie, l’humanitaire, le social, la politique, ou toute autre action qui est faite de la volonté de changer les choses ou le cours des choses, l’engagement peut se faire d’innombrables manières.

Je me place au même niveau que tout bénévole agissant sur la commune, ni plus ni moins!

Mon association à moi, c’est la ville, et ses habitants en sont tous membres actifs. Tout autour de nous, il faut bien dire que les politiciens font la démonstration (surtout en ce moment) de décisions souvent basées sur l’égo, le pouvoir, l’individualisme…

Comme je le disais dans cet autre article ici :

Je n’ai rien à perdre, aucune influence à subir ni aucune envie d’influencer qui que ce soit. Ma vie est déjà bien construite, et je ne compte pas en changer. Je m’oppose quand je ne suis pas d’accord, ni plus ni moins, et j’agis pour ma ville autant que je peux le faire et ce, même en étant dans l’opposition. Ce défi là est impressionnant!

Me prêter des intentions qui ne sont pas les miennes du genre « jeune loup aux dents longues » ou encore « fausses bonnes intentions » sont donc les réponses les plus évidentes et systématiques qui me seront faites par mes détracteurs. Ce panier de crabes me fait halluciner de plus en plus chaque jour, comme par exemple lorsque le cabinet du Maire appelle les associatifs pour leur mettre la pression lorsque ceux-ci osent s’exprimer (si si c’est possible). Dans ce cadre, il y a forcément certaines choses qui paraissent inenvisageables de premier abord comme par exemple:

  • Le sans étiquette: « ça n’existe pas! ». Mais pourquoi donc? Je le répète, il n’est pas besoin d’être à droite ou à gauche pour faire preuve de pragmatisme lorsque l’on veut faire au mieux en ayant simplement comme conviction profonde la bienveillance. « Etre ouvrier du mieux-vivre ensemble » comme l’exprime très bien dans son livre (que je vous conseille) « Et si on prenait enfin les électeurs au sérieux » du Maire de Kingersheim, Monsieur Jo Spiegel.
  • L’action désintéressée en politique: « ça n’existe pas! » Là encore, quel est la motivation d’un bénévole associatif lorsqu’il donne de son temps pour les autres? Le pouvoir? L’argent? La gloire? Si vous me parlez néanmoins de se sentir utile, faire des rencontres, plus généralement pour ce qui est de l’épanouissement personnel alors d’accord ;-).
  • Tenir bon face aux influences: « Impossible! » Des débats, il doit y en avoir, bien sûr; mais si on est élu pour des convictions alors on fait face, car c’est la seule raison qui devrait faire qu’on est élu.

Malgré le rôle d’opposant qui empêche pour l’instant de faire nombre de choses que j’aurais aimé faire dans notre commune de Lagny, je continuerai de tenter d’imaginer tous les moyens possibles pour, malgré tout, apporter à Lagny, ses habitants, ses commerces, etc. Tout ceci car je ne peux pas me contenter d’observer, ni même de donner mon avis, sans rien faire. Ce serait au-delà de mes forces.

C’est ce qui me tient: imaginer, trouver des idées, solutions, et les développer. C’est ma petite plus-value à moi que je veux tenter d’apporter. Et pour ceci, je n’ai pas toutes les infos et certainement pas tous les moyens, mais je fais mon maximum. Parfois je casserai certains « codes », mais comme je l’ai dit, je suis un bénévole comme un autre. Et un(e) bénévole trouve son énergie dans ses convictions profondes, il ou elle ne triche pas en essayant de plaire artificiellement.

Je n’aime pas trop les sondages en politique, mais celui-ci m’inspire:

IPSOSAssos

#Engagement #Bénévole #Politique

www.michaellopez77.com

 

 

 

 

 

3 réflexions sur “Un bénévole comme un autre

  1. Eh bien je partage ce sondage , persuadée qu il représente bien les choses . Quand au texte, il nous repete ce que nous savions déjà ! Vive l intérêt communal . Merci

    Aimé par 1 personne

  2. Merci Michael pour tous ces articles qui me donnent du courage et l’énergie pour me battre et aller de l’avant ! Cordialement Marie rose 

    Envoyé depuis mon smartphone Samsung Galaxy.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s