Scolaire/Périscolaire, 2 niveaux de sécurité différents

Depuis plusieurs années maintenant nous sommes malheureusement en situation de Vigipirate renforcé alerte attentat, et nos écoles sont ainsi protégées en conséquence avec une des mesures phares à Lagny qui est le fait que les parents ne puissent plus pénétrer dans certaines de nos écoles, selon la configuration.

Cette décision, de la responsabilité de l’Education nationale sur le temps scolaire, était jusqu’ici appliquée à l’identique sur le temps périscolaire (avant et après le temps scolaire et pour les pauses méridiennes), temps de la responsabilité de la ville ce coup-ci.

Or, pour la Toussaint, nous avons reçu ce document:

2017-11-08 17.18.18.jpg

 

Ainsi, depuis la rentrée du 6 novembre, nous assistons à une situation plutôt cocasse ou:

  • aux entrées de 8h30 et sorties de 16h30, l’école et les enfants qui sont dans ses locaux sont protégés d’une certaine façon (pas de parents dans l’enceinte de l’école)
  • avant 8h30 et après 16h30, pour la garderie, les enfants sont moins protégés puisque l’enceinte de l’école est ouverte avec portail laissé ouvert sans filtrage à toute personne quelle qu’elle soit.

Maintenant, la raison invoquée de cette baisse du niveau de sécurité de l’école et des personnes enfants et adultes s’y trouvant sur le temps périscolaire, car il s’agit bien de çà, est celle-ci (extrait):

2017-11-08 09.53.13.jpg

Ceci s’avère compréhensible mais discutable d’un point de vue de la cohérence (encore) étant donné que:

  1. des attroupements ou « regroupements massifs » devant les portails ont plutôt lieu justement aux heures d’entrées et de sorties principales soit 8h30 et 16h30. La garderie (matin et soir), ce sont des parents qui arrivent et partent au compte-goutte pour leurs enfants. Alors même si attente et donc regroupement il y a, il est moins « massif » qu’aux heures nominales, 
  2. de la même manière l’absence de communication est un paramètre non négligeable, mais c’est justement parce que les parents arrivent et repartent au compte-goutte que la communication peut se faire plus facilement avec les équipes d’animation (animateurs ou référent) qu’avec les enseignants, enseignants pour lesquels les RDV sont largement à privilégier pour aborder tout type de sujet.

ConclusionNous perdons une cohérence de sécurité entre scolaire et périscolaire. Une commune doit-elle protéger une école et les enfants qui s’y trouvent différemment de ce qui est pratiqué par l’Education Nationale lorsqu’elle en a la responsabilité? Du coup, les 2 dernières questions que l’on peut se poser, c’est

  1. qu’est-ce qui a réellement motivé cette baisse du niveau de protection pratiqué par la Mairie? Nous avons notre petite idée compte tenu des derniers retours des conseils d’école…,
  2. alors que pour des kermesses, le préfet demande un filtrage et des mesures de sécurité plutôt poussées aux entrées des écoles, cette modification du niveau de protection appliqué par Monsieur le Maire est-elle validée/validable par le préfet? Nous en doutons forcément compte tenu des mesures de sécurité annoncées à maintenir dans les écoles pour cette année encore.

Venir chercher ses enfants en garderie à 19h avec un portail grand ouvert et personne à l’entrée, permettant ainsi à toute personne d’accéder jusqu’à la salle où se trouvent les enfants ne nous enchante guère compte tenu de la situation de sécurité générale actuelle, et vous?

#Sécurité #Ecoles #Vigipirate #Lagnysurmarne

www.lagnyalternative.com

 

Accueil en centre de loisirs, un engagement non rempli

En ce mercredi, jour de centre de loisirs pour de nombreux enfants latignaciens, nous sommes forcés de constater que malheureusement, et comme nous l’avions annoncé avant l’été, la précipitation pour changer de nouveau de rythmes scolaires peut avoir des conséquences parfois importantes pour les enfants et les parents.

Nous vous rappelons ici l’engagement de la Mairie et en-tête de la très succincte et discutable consultation effectuée avant l’été de cette année:

 

2017-10-02 11.43.32.jpg

Vous pouviez y lire « noir sur blanc »:

  1. La ville…est en situation de mettre en œuvre les 2 solutions, semaine de 4 jours et demi ou semaine de 4 jours, à la rentrée 2017/2018 et
  2. La ville s’engage à organiser un accueil des enfants le mercredi dans les structures accueils de loisirs, soit en journée complète, soit en demi-journée…

Nous avons eu confirmation que de trop nombreux parents se sont retrouvés sans solution de garde pour le mercredi, contrairement aux engagements de la commune de Lagny. En sachant qu’une date limite pour les inscriptions leur a été imposée au 24 juillet, en plein été, ceci seulement 2 semaines après l’annonce officielle de la ville, comment tout ceci aurait pu bien se passer?

Le nombre de places en centre de loisirs étant très nettement insuffisant pour un retour aux 4 jours à si courte échéance avec l’afflux d’enfants important qui était à prévoir, nous dénonçons une nouvelle fois la méthode de Monsieur le Maire ainsi que sa considération réelle par les faits (et non les paroles) envers les parents et les enfants latignaciens.

Mais rassurons-nous tout de même, la communication des coûts des travaux dans toutes les écoles de la ville via les pancartes accrochées aux grilles des écoles sont là pour çà après tout…nous rassurer.  LOL

 

Tillets

Crédit photo LaMarne

 

#CentresdeLoisirs #Accueil #Ecoles #Lagny

www.lagnyalternative.com

 

Ecoles latignaciennes, notre vision!

Le contexte actuel concernant l’enseignement, en particulier dans les écoles maternelles et élémentaires, est un sujet central pour toutes les municipalités, d’autant plus depuis que le gouvernement a laissé le libre choix aux communes de revenir à un rythme scolaire à 4 jours. Il s’agit pour le Maire d’adopter la meilleure méthode possible afin de préserver et d’améliorer l’accueil des élèves dans les écoles.

Il convient de prendre en considération la situation des écoles et d’adapter les prises de décisions aux contraintes matérielles d’une part et aux règles imposées par l’Éducation nationale d’autre part. En effet, l’Éducation Nationale doit répondre à une double contrainte : nombre de candidats au poste de professeur des écoles en baisse et mise en place du dédoublement des classes de CP dans les écoles REP+ (Réseau d’Éducation Prioritaire renforcé).

Nous devons donc prendre acte du contexte scolaire national et tout faire pour maintenir les meilleures conditions d’enseignement dans les écoles sur notre commune.

Dans cette situation tendue, il y a 2 méthodes qui s’offrent à une commune:

  1. Favoriser l’optimisation, l’aspect financier et la rationalisation maximale des classes permettant à l’Education nationale d’exercer sa volonté elle aussi d’optimisation.
  2. Favoriser la qualité de l’enseignement en maîtrisant les effectifs dans les classes par une stratégie claire et volontariste.

Ces 2 méthodes correspondent concrètement à 2 modes de gestion du nombre et de la taille des écoles de la commune.

Ce que nous allons démontrer, c’est que:

  • créer ou favoriser l’existence de grands groupes scolaires augmente mécaniquement les effectifs dans les classes,
  • à contrario, maintenir les petites structures existantes (en ne fermant pas les écoles) et en construire de nouvelles permet de limiter les effectifs dans les classes.

Pour illustrer nos propos, nous allons prendre comme exemple qui nous concerne directement: le groupe scolaire Fort du Bois et la maternelle Orly Parc maintenant fermée.

Ce dont on disposait: 2 écoles maternelles (celle de FortduBois faisant partie d’un groupe scolaire)

La maternelle Orly Parc disposait de 4 salles de classes, dont 2 classes étaient ouvertes avec 21 élèves par classe pour l’année 2016/2017.

La maternelle de Fort du Bois disposait de 4 classes ouvertes avec une moyenne de 22 élèves par classe pour l’année 2016/2017.

Soit au total 6 classes de maternelle avec une moyenne de 20,8 élèves par classe. Ces chiffres correspondent selon nous à des effectifs plutôt satisfaisant et en particulier pour le quartier prioritaire de la ville de Lagny.

Aujourd’hui les effectifs de maternelle sur Fort du Bois sont de 117 élèves répartis comme suit: 5 classes avec des effectifs allant de 22 à 24 élèves dont 2 classes en double niveau. Vous pouvez tout de suite constater que la fusion a été associée à la fermeture d’une classe en plus de la fermeture d’une école puisque nous sommes passés de 4 (FortduBois) +2 classes (OrlyParc) à 5 classes (FortduBois).

Cette fusion a donc été accompagnée d’une augmentation globale des effectifs d’environ 13%!

(de 20,8 élèves/classe en 2016/2017 à 23,4 élèves/classe pour 2017/2018)

Ce qu’applique l’Education Nationale pour décider des ouvertures et fermetures de classe se nomme grille Noder. Pour résumer, cette grille est déterminée par département et donne grosso-modo les bases suivantes (hors REP+): en maternelle jusqu’à 30 élèves tout va bien (pas d’ouverture), en élémentaire jusqu’à 32 élèves tout va bien.

Nous pouvons donc en déduire qu’avec 117 élèves cette année sur le groupe scolaire Fort du Bois ayant subi l’extension, nous avons frisé la correctionnelle et évité de peu une 2ème fermeture puisque ces 117 élèves auraient pu être « contenus » en 4 classes d’un peu moins de 30. A n’en pas douter, la décision reviendra sur le tapis pour la rentrée prochaine et ce qui aurait été une décision plutôt très brutale de fermeture de 2 classes d’un coup pour 2017/2018, sera sûrement peu défendable pour 2018/2019 et nous assisterons probablement à la fermeture d’une 2ème classe (à effectifs constants).

Ce qui aurait été inconcevable, tant que l’école OrlyParc existait, est maintenant tout à fait probable. Rappelons-nous en effet qu’une fermeture d’école nécessite (sauf cas extrême et comme expliqué dans cet ancien article Fermeture d’école, qui décide?) une décision conjointe du conseil municipal et de l’Education nationale.

Nous pouvons tirer une conclusion de ce mécanisme de gestion des effectifs:

augmenter la taille des groupes scolaires en créant des extensions est négatif pour l’évolution des effectifs dans les classes.

D’une manière générale, et c’est là ou notre vision est très différente de celle de la municipalité actuelle: créer de nouvelles classes dans les écoles existantes permet de faire face à court terme à l’afflux de nouveaux élèves, mais créer de nouvelles structures et maintenir les écoles de petites tailles est une vision à long terme qui nous permettrait d’envisager l’évolution de la population à Lagny ne manière beaucoup plus satisfaisante.

S’ajoutant à une hausse des effectifs dans les classes, plusieurs inconvénients découlent du fait d’accueillir plus d’élèves en utilisant des extensions d’écoles et en particulier la réduction automatique de l’espace disponible pour chaque élève. Que ce soit dans les classes, mais aussi dans les espaces communs (réfectoire, cour de récréation, toilettes…):

  • Avec 2 classes supplémentaires par exemple, les espaces collectifs comme bibliothèque, préau, salle de motricité, salle de sport… seront nécessairement partagés d’autant plus, ce qui rend l’organisation plus complexe…
  • Des dortoirs saturés, et une possibilité d’autant réduite pour les petites sections et moyennes sections de disposer d’espaces de repos.
  • Une cour de récréation dont la superficie disponible pour chaque élève diminue. Cette promiscuité n’améliorera en rien l’aspect violence et sécurité.
  • Des réfectoires saturés entrainant la mise en place plus fréquente de 3 services de cantine différents avec un temps pour déjeuner entre 11h30 et 13h30 d’autant plus réduit pour ceux mangeant en dernier.
  • Enfin, conséquence directe, les centres de loisirs et activités extrascolaires dans chaque structure se retrouvent pris d’assaut. De nombreux parents sur la commune de Lagny n’ont par exemple pas pu inscrire leurs enfants cette année faute de places.

Pour toutes ces raisons, nous prônons une gestion à long terme des écoles bien différente de ce qu’envisage et pratique Monsieur le Maire. Les multiples constructions de logement en cours, dont le projet du site Saint Jean avec 850 logements prévus, des Tanneurs avec environ 120 logements et bien d’autres encore, impliquent qu’on envisage notre prestation scolaire de manière adaptée.

Tout ceci dans l’intérêt des enfants, par la qualité des enseignements directement liée aux effectifs ainsi que par l’espace disponible pour chacun.

Dans ce but, notre objectif est:

  1. Maintenir l’existence d’écoles maternelles et élémentaires de taille modérée,

  2. et en construire de nouvelles pour absorber l’afflux prochain de nouveaux habitants.

    C’est ainsi que nous souhaitons protéger et faire progresser la scolarisation de nos enfants à Lagny.

C’est notre vision!

 

#Ecoles #Effectifs #Vision

www.lagnyalternative.com

 

 

 

 

 

Rythmes scolaires, consultation low cost

Je n’ai reçu aucun décret, j’organise une réunion publique pour annoncer que je vais organiser une consultation papier via les cahiers de liaison, finalement je lance un sondage improvisé (même le conseiller délégué s’en est étonné en Conseil d’école) uniquement web par mail grâce aux adresses email que je possède et depuis une adresse email inconnue générique nommée « support-informatique », sondage qui ne demande pour y répondre que de rentrer une adresse email quelle qu’elle soit (pas de blocage par cookies par exemple), je demande une réponse dans les 4 jours, j’annonce que j’appliquerai le choix de la majorité des parents, je suis, je suis ???

J’en ai vu passer des sondages et des consultations, mais une ville, avec les moyens dont elle dispose, qui organise une consultation d’un niveau si médiocre auprès de la population, c’est du jamais vu!

Je ne détiens certainement pas la vérité, et il y a du pour et du contre sur le long terme à mon sens entre une semaine à 4jours ou 4jours et 1/2, mais une chose est sûre à mes yeux: les changements perpétuels ne sont bons pour personne! Ni adultes, ni enfants! Et je pense que même les chronobiologistes seraient d’accord là-dessus. Il y a en conséquence un élément dont on a besoin pour ce sujet en particulier, c’est

un peu de stabilité!

Alors, ne prenons pas le risque d’une décision hâtive, d’un éventuel changement de nouveau à la rentrée 2018 (suite à une décision gouvernementale par exemple) et prenons cette année pour mettre en place une solution pérenne, en minimisant de la même manière tout type de couac de fonctionnement en début d’année scolaire, avec notamment des blocages de réorientation d’activité de personnels et même mouvements syndicaux, pourquoi pas…

En tout cas, c’est ma vision des choses. Et ce type de consultation low cost, alors que la ville a le temps et les moyens de faire différemment, ne remporte absolument pas mon adhésion. Les villes de Bussy Saint Georges, Saint-Thibault-des-Vignes, Montévrain et Courtry notamment se donnent du temps, il s’agirait de s’inspirer de nos voisins et de ne pas penser tant à l’aspect financier. Mais ceci est un concept plutôt méconnu de notre très cher Maire…

#RythmesScolaires #Consultation #Lowcost #Stabilité

www.michaellopez77.com

 

 

 

 

 

Quand l’Education Nationale renforce le communautarisme…

Nouveau projet lancé par l’Education Nationale suite à une directive européenne:

Le projet ELCO = Enseignements de langue et de culture d’origine.

Je vous laisse aller voir le détail du projet officiel en suivant ce lien ICI

Dans le premier degré, l’Education Nationale propose maintenant aux enfants issus ou dont la famille est issue de l’immigration de renforcer leur langue d’origine.

Et voici le document, assez étonnant, diffusé dans les cahiers d’élèves cette semaine dans les écoles de notre commune de Lagny:

doceducnat

Etant pour le pragmatisme, je constate donc que l’Education Nationale propose aux enfants dont des langues étrangères sont parlées dans leur famille de renforcer leurs compétences dans la langue de leur foyer. 

Deuxièmement, pendant ce temps là, les règles d’apprentissage de la langue française ne cessent de se dégrader sans cesse. J’en veux pour preuve la dernière modification des règles de grammaire française avec l’instauration du prédicat et du complément de phrase:

grammaire2grammaire1

De plus, je pense qu’il n’est pas totalement faux de dire que les français ne sont pas parmi les meilleurs au monde en langues étrangères. Il aurait donc été assez pertinent à mon sens de faire d’une pierre 2 coups en proposant aussi des langues étrangères à destination des enfants dont la langue maternelle est le français. Pour ce faire, les langues ne seraient donc pas uniquement choisies en fonction des communautés, mais aussi en fonction de l’intérêt pour les enfants d’où qu’ils viennent et pour leur futur.

Allez maintenant parlons d’égalité des chances, valeur fondamentale de notre système scolaire à priori: à Bussy-Saint-Georges par exemple où sont présentes d’importantes communautés d’origine asiatique, l’Education Nationale ne disposant sûrement pas de suffisamment d’enseignants en chinois, vietnamien, cambodgien ou autre. D’ailleurs, c’est confirmé, c’est exactement le même document distribué dans les cahiers de liaison des élèves de Bussy avec donc les mêmes langues proposées qu’à Lagny (à ceci prêt qu’ils ont eu le bon sens de corriger l’erreur et de remplacer une des 2 occurrences du portugais par de l’espagnol). En suivant les principes invoqués dans ce projet, les enfants faisant partie de ces communautés asiatiques n’auraient pas les mêmes chances que les autres…? Je pense aussi à un couple d’amis latignaciens d’origine chinoise qui ont 2 enfants scolarisés à Lagny, comment vont-ils comprendre l’injustice de ce projet? Là encore, incohérence!

Vous l’aurez compris, je n’approuve pas ce projet qui est fondé apparemment sur un principe se résumant ainsi quand on lit le projet ELCO: un enfant ne maîtrisant pas assez sa langue maternelle aurait plus de difficulté à en apprendre une deuxième. Étant moi-même entouré d’une famille et d’ami(e)s qui enseignent les langues étrangères à différents niveaux, je m’interroge vraiment sur le choix des soi-disant experts qui ont pu établir ce principe…

Enfin à une époque où l’on parle de mixité sociale à favoriser, de communautarisme dont il faut casser les barrières, ceci afin de favoriser les échanges et le partage dans notre population, je ne comprends pas la cohérence de ce projet.

#EducationNationale #Premierdegré #Languesétrangères

https://michalopez77.wordpress.com