Lieu de culte partagé, une vraie solution vers un lieu digne pour les musulmans

Cela fait maintenant 2 ans que ça dure, que les musulmans de Lagny-sur-marne n’ont plus de lieu de culte dans leur ville et se retrouvent à faire un choix qui ne nous parait pas être ce que l’on peut espérer de mieux quand on a le respect de la personne, quelle que soit sa religion. Ce choix est le suivant:

  1. Prier chez soi.
  2. Prier dans la rue.
  3. Partir prier ailleurs.

Cette situation nous parait indigne et nous souhaitons proposer une approche différente et en accord avec les exigences récentes de l’Etat. En effet, l’Etat nous demande un exercice du culte musulman dans un lieu partagé, alors « Ainsi soit-il ».

Pour illustrer notre propos, cet extrait se révèle extrêmement positif et en ligne parfaite avec ce que nous proposons pour permettre:

  • d’obtenir un lieu digne en urgence,
  • d’apaiser une situation de plus en plus tendue,
  • de créer ou renforcer le lien entre les religions,
  • d’être en accord avec les exigences institutionnelles.

Article complet du Parisien relatif à cette initiative ici: http://www.leparisien.fr/paris-75015/paris-le-cure-accueille-les-musulmans-en-panne-de-salle-de-priere-03-09-2017-7232325.php

Et vous trouverez ici un article du Figaro présentant notamment l’avis positif du grand recteur de la mosquée de Paris Monsieur Dalil Boubakeur: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/06/15/01016-20150615ARTFIG00237-ces-projets-de-lieux-de-culte-partages.php

En l’occurrence à Lagny existent au moins 3 lieux de culte autres que l’ancienne mosquée (pardon pour ceux qui ne seraient pas cités ici):

Une Eglise protestante unie située ici:

Une Eglise évangélique baptiste située ici:

Et bien sûr la paroisse Notre Dame des Ardents ici:

Nous souhaitons donc que soient réunis les représentants de ces différents cultes, et tous les acteurs de la commune (majorité et oppositions, forces de l’ordre, représentant de l’Etat, …) afin que nous puissions discuter avec tous de manière apaisée et permettre d’envisager une solution de ce type. Il ne s’agit pas d’imposer à un autre culte existant quoi que ce soit, mais de favoriser les conditions d’une discussion transparente et d’entrevoir les différentes exigences qu’il faudrait réunir pour permettre ce partage de lieu en fonction des horaires d’utilisation. Conditions qui pourraient être la présence d’un représentant des institutions pour s’assurer de la bonne tenue des prières, prières qui pourraient devoir être faites exclusivement en français, ou encore limitation du nombre de prières pour un partage le moins impactant possible pour le culte disposant déjà de son propre lieu…

Pour ce dernier aspect du nombre de prières et contrairement à ce que certains peuvent penser ou laisser penser jusqu’ici, les musulmans ont déjà manifesté certaines concessions qu’ils sont prêts à faire comme ce que reprenait le journal La Marne il y a quelque temps ici:

wp-1488461311887.jpg

Alors Monsieur le Maire, n’y a-t-il vraiment aucune solution envisageable? Et pourquoi n’avons nous eu aucune réponse depuis tout ce temps à notre proposition initiale en conseil municipal?

Avons-nous tout tenté pour que cette situation humainement indigne cesse dans les meilleurs délais?

Ne sommes-nous pas capables d’innover, de sortir de la pratique politique minimaliste qui consiste à sans cesse renvoyer la balle à un autre responsable?

Il serait grand temps, avant que ces tensions qui règnent sur notre commune ne deviennent réellement explosives…

#Lieudecultepartagé #Prièresderue #Lagnysurmarne

www.lagnyalternative.com

Apprendre à traiter l’information, une priorité d’avenir

Si j’avais une priorité actuelle de travail de société dans l’intérêt de notre capacité de jugement objectif global, ce serait de mettre le paquet (en particulier pour la jeunesse) sur les moyens (réflexions, ateliers, formations…) pour permettre à chacun d’avoir le réflexe de la vérification et de détenir les clefs permettant de traiter l’information avant de l’accepter comme vérité et au-delà, de la partager.

L’école ne peut pas être responsable de tout et je suis persuadé que nous pouvons y faire quelque chose au niveau de la commune.

La multitude et l’évolution impressionnante à mon sens des infos non vérifiées et partagées, en particulier sur les réseaux sociaux, montrent l’importance de ce sujet pour notre avenir à tous.

Faute de quoi notre avenir serait à coup sûr bien sombre car basé sur une connaissance humaine faite de vide.

J’ai espoir, par exemple, que l’on profite du projet de centre socio-culturel prévu sur la ville, et que nous soyons à même de proposer à la jeunesse au sein du futur C.S.C., mais pas seulement, un programme en ce sens. J’ai d’ailleurs d’ores et déjà suggéré que ce sujet soit inclus au projet.

Nos moyens de communication modernes sont une chance, mais peuvent clairement être aussi un fléau si nous et nos enfants n’y sommes pas suffisamment préparés.

Cette vidéo ci-dessous donne un aperçu du travail à mener collectivement et individuellement:

#Traitementdelinformation #Communication #Jeunesse #Réseauxsociaux

www.michaellopez77.com